Et oui, je n'ai pas fait que visiter, hein. Je sais que la culture nourrit, m'enfin quand même! Et là, paf, un mythe s'effondre. La France n'est pas THE pays gastronomique incontournable. Enfin ça, je le savais, j'avais adoré certains trucs en Allemagne et en Pologne. Je rêve de Quark toutes les nuits depuis mon année Erasmus, de serek wielki, de pierniki et de pierogis. Mais la Russie, c'est encore autre chose...

VOYAGE_RUSSIE_2008_055

Quand je visite un pays, ce qui m'interesse, par ordre d'importance:

- la culture, les bâtiments

- les mecs (mais en Russie, j'ai été déçue, parce que c'est pas du tout mon style. Je suis Je suis très trèèèèèès "blacks" et là-bas, je n'en ai vu qu'un donc pour mater, je préfère la France, de loin. Et l'Afrique of course mais je n'ai jamais eu l'opportunité d'y aller!)

- les gens (j'adore voir leurs têtes dans le métro, tout le monde dort, comme en France, ce qui au fond montre que l'on est pas différent!)

TVOROG_001

- la nourriture: j'adore découvrir de nouvelles saveurs! Et plus particulièrement les produits laitiers. J'ai dû naître dans un pot de tvorog, ce fromage blanc russe si particulier, entre le fromage philadeplhia et le cottage cheese mais en beaucoup plus compact. Je goûte au lait et à tous les fromages et je dois vous dire qu'en Russie, je n'ai pas été déçue.

TVOROG_024

Un p'tit détour par le manger et le boire russe. Détour qui vaut... le détour ;-p

Comme tout russe qui se respecte, je commence par le boire.

Le fait que les russes boivent beaucoup n'est pas un mythe. Ce qui est erroné, c'est la croyance répandue selon laquelle le russe se saoule à la vodka. Ca c'est fini mes amis, surtout depuis que bon nombre de russes sont morts sur place après avoir consommé de la vodka frelatée! Désormais:  bière et Sekt (un faux champagne).

TVOROG_022

Pix: Verre à Kvas

Mais ça, c'est pas super traditionnel. La boisson russe par excellence s'appelle le KVAS, boisson faiblement alcoolisée et pétillante, produite en faisant fermenter du pain noir dans de l'eau. Elle est très appréciée l'été, souvent vendue au verre dans des petits kiosks à Kvas. On ne sent tellement pas que c'est alcoolisé que lors de notre pique-nique à la mer, mon amie m'a donné la bouteille en me disant que ça remplaçait l'eau. Conclusion: la boisson, c'est comme les trains, ne vous fiez jamais à l'estimation du russe.... sous peine de finir pompette en moins de deux!

VOYAGE_RUSSIE_2008_067

Pix: le Kvas en bouteille, ressemble tellement à du coca que j'en ai bu deux litres en une journée.... jusqu'à  ce qu'on m'apprenne que ce charmant breuvage était alcoolisé...

Mais les russes n'aiment pas que l'alcool, ils raffolent aussi de boissons sucrées:

- le morse: boisson à base de jus de baies (airelles, cassis, groseilles) très sucrée

- le kompot est une boisson à base de baies ou de fruits qu'on fait cuire dans de l'eau bouillante et qui est stockée dans de grands bocaux en attendant l'hiver

- le kissel: une boisson aux baies assez épaisse. Je n'ai pas pu goûté car nous n'en avons pas trouvé.

Le plus important étant traité, je passe au non moins important: la soupe (Piervoye). Car tout russe qui se respecte commence son repas (même le matin et au goûter) par une soupe (froide en été, chaude en hiver, cela va de soi). Même moi qui ne suis pas une inconditionnelle des soupes, j'ai bien aimé les soupes russes que je connaissais déjà un peu avant. La plupart contienne de la viande mais ce n'est pas une obligation, j'ai eu droit à des soupes sans viande:

- chtchi: une soupe au chou servie avec de la crème aigre

- borchtch: une soupe à base de betteraves, la plus connue des soupes russes, je pense.

- ochrochka: soupe froide à base de kvas, de légumes bouillis et de viande.... donc je n'ai pas goûté! dommage!

- la soupe lituanienne de mon amie: betterave + kéfir+ oeufs + gros concombres: divine, franchement, j'adore!

En même temps, sur toute bonne table russe qui se respecte, vous aurez droit à des zakouski: outre le caviar, fort rare sur une table modeste, vous trouverez du poisson fumé, délicieux, des champignons, des pierogis (petits chaussons fourrés au chou, à la viande, à la pomme de terre, aux champignons) et enfin des salades de crudités ou de poisson (goûtez à la seliodka pod chouboy: "le hareng sous le manteau). N'oublions pas non plus les légumes malossol, comme les concombres ou les tomates marinées (ce que vous avez vu sur mon premier post consacré à la russie, quand je faisais l'âne avec mes concombres lol)

VOYAGE_RUSSIE_2008_070

Et si vous avez encore faim (et c'est tellement trop trop bon que vous aurez toujours une petite place!), place au plat de résistance (vtaroye). J'ai goûté:

- les blini saumon/purée (oui oui, la purée est THE fourrage traditionnel alors on ne critique pas lol)

- les pielmeni aux champignons: petits raviolis aux champignons

- les varienniki à la cerise: petits chaussons aux cerises, à déguster avec de la crème aigre, un plat sucré qui peut faire office de dessert.

- la kacha aux champignons: une bonne assiette de sarrasin grillé avec une poelée de champignons (les russes en mettent partout, en sont particulièrement friands et ça tombe bien car moi, j'adore ça aussi!)

- les draniki: petites galettes de pommes de terre que je déguste nature (mon amie, c'est avec la moitié de la bouteille de ketchup). C'est très bon. Limite, je les aurais mangé avec de la confiture. Je vais obtenir très prochainement la recette, j'espère pouvoir la partager avec  vous!

Le thé (tchaï), un indispensable pour finir le repas même si j'ai remarqué que les russes buvaient de plus en plus de café.  Souvent servi avec des pierojki fourrés, souvent au coulis d'abricots ou de fruits rouges (de gros beignets délicieux, je n'aime pas trop les beignets en France mais alors là, j'ai adoré, j'ai tout goûté!) et avec des blintchiki qui sont de petites crêpes nappées aussi!

Et je n'oublie pas les kionféty (bonbons) qui garnissent également toutes les tables, notamment les klioukvas, qui sont de petites canneberges roulées dans le sucre! Pi les p'tites pralines avec les emballages marrants! Et le chocolat (tellement bon qu'on vous le pique dans vos slips! désolée mais je m'en remets pas lol)

Je sais que je n'ai pas tout goûté. Je dois sans doute oublier des trucs. En tout cas, tout ce que je vous cite a été testé et approuvé avec le plus grand des plaisirs. Je vais tester des restos russes dans Paris, histoire de voir ce qu'on peut proposer mais aussi pour retrouver ces saveurs tant aimées.

VOYAGE_RUSSIE_2008_074

Pix: tvorog aux abricots secs de la place Sennaya

Avec tout ça, je ne vous ai pas parlé de MON GRAND AMOUR: le TVOROG, qui est un fromage frais russe assez compact. Depuis le temps que je vous rabats les oreilles avec ce TVOROG, que l'on trouve aussi en Pologne. Sauf qu'en Russie, sur les marchés, j'ai pu me délecter de Tvorog sucré aux raisins, aux abricots secs, aux cerises, excellentissime. Si j'avais pu ramener ceux aux pommes, au citron et à tout plein d'autres bonnes choses, j'aurais loué un camion.

VOYAGE_RUSSIE_2008_073

Pix: tvorog aux cerises de la place Sennaya

Comme on a pas le droit d'introduire plus d'une certaine quantité de produits laitiers en provenance de Russie dans l'UE (ce qui se comprend aisément, je n'ai pas été malade mais bon, il doit bien y avoir une bonne raison quand même!), j'ai cherché la recette du Tvorog sur Internet car la dernière fois que je suis allée chez Gastronom pour en trouver, c'était fermé pour les vacances. J'ai trouvé mon bonheur sur le site en anglais de Yulinka. Et j'ai réussi mazette, je n'en reviens pas! Moi faire du fromage à partir d'une recette en anglais sans que ça tourne à la catastrophe, à une intervention des pompiers pour développement incontrôlé de bactéries, waaaahou! Bon d'accord, je n'ai pas obtenu beaucoup de fromage, peut-être 200 grammes. Je pense que cela vient de la qualité de mon lait. Donc:

VOYAGE_RUSSIE_2008_072

Pix: tvorog aux raisins secs et tvorog aux cerises achetés sur le marché de la place Sennaya.

- prendre du lait frais ENTIER (j'avais deux litres de demi-écrémé mais la prochaine fois, je prendrai le entier sans hésiter)

- prendre du lait fermenté de bonne qualité (je l'avais acheté dans un discount, je prendrai du bio la prochaine fois)

La recette de YULINKA est par ici: http://yulinkacooks.blogspot.com/2006/04/how-to-make-tvorog-farmers-cheese.html

Mais je vous la traduits de bonne grâce et j'incorpore mes modifications!

La recette du tvorog by Lisanka

- 1,7 litre de lait frais ENTIER

- 500 ml de lait fermenté (et là, en écrivant ça, je me rends compte que j'ai mis presque 700 ml, ce qui était trop lol)

Et c'est tout!

TVOROG_020

Pix: Tvorog biélorusse vendu en Russie. La Biélorussie est connue et reconnue pour la qualité de ses produits laitiers.

¤ Mélangez le lait frais et le lait fermenté dans une grande terrine. Laissez traîner ladite terrine une journée dans votre cuisine, le tout étant que ça soit un endroit chaud pour laisser les bacteries se développer. J'ai par exemple profité d'un four chaud (éteint) pendant 4-5 heures.

¤ Au bout de 24 heures, la mixture doit avoir développé la consistance d'un yaourt épais nageant dans un liquide lacté.

¤ Versez le mélange dans une casserole et mettez-le à feu trèèèèèès doux. Le mélange ne doit pas bouillir, ne remuez rien! (même si perso, ça me démangeait!).

¤ Laissez le mélange sur le feu une heure, le yaourt épais et le liquide devant se séparer.

¤ Laissez refroidir le mélange.

¤ Prenez une louche-égouttoir et prélever le truc un peu épais qui s'apparent à de la mozarella et qui nage de manière bienheureuse dans votre liquide lacté. Balancez ensuite le liquide lacté (si ça vous fend le coeur, une petite prière ne sera pas de refus!)

¤ Mettez le "presque-tvorog" dans un torchon et placez le tout dans un égouttoir. Ajoutez un poids dessus et hop, au frigo pendant 12 heures.

Et voilà qu'on obtient quand même un chouette tvorog, qui a la consistance du vrai. Je n'étais pas du tout convaincue par la recette mais ça marche! Ceci-dit, ça prend pas mal de temps et surtout, vu la quantité obtenue, je pense que ça coûte aussi cher que de l'acheter dans une épicerie russe. Ceci-dit, quel bonheur de faire son tvorog soi-même, surtout pour une inconditionnelle comme moi! La prochaine fois, je doublerai les quantités, je crois!

TVOROG_014

¤ Se consomme nature, avec de la crème aigre, de la confiture, du sucre. Ou comme moi, des fruits secs (raisins secs, abricots secs...) avec un soupçon d'arôme de vanille et du sucre roux. Tel quel ou pour fourrer des crêpes ou des blini, c'est assez jouissif tellement c'est bon!

TVOROG_018

Et pour finir, une dédicace à mon amie Sab, du Plaisir de Gourmandise que j'ai eu la chance de rencontrer! (article à venir). Cette recette est pour toi ma belle :-), avec tout plein de pensées ;-)

TVOROG_017

Et puis une petite pensée pour tout ceux qui souffrent du conflit en Ossétie. Je suis toujours très choquée. Alors des souhaits pour que la situation redevienne apaisée...

EDIT:

Merci pour vos nombreux commentaires qui me font toujours plaisir. Pour ceux qui m'ont posé des questions sur le tvorog, je tente d'y répondre:

- endroit chaud peut être = à four à 80°C pendant 4-5 heures, c'est d'ailleurs ce qu'un des commentaires préconise sur le site de Yulinska.

- Kéfir à la place de lait fermenté? Sincèrement, je ne sais pas, je ne suis pas une pro de la formation des bactéries donc je préfère vous dire non et vous conseiller d'utiliser du lait fermenté, même si j'ai également été tentée d'utiliser du kéfir.

- Pourquoi le tvorog que j'ai acheté au marché a une autre consistance que celui que j'ai fait? Celui que j'ai fait = tvorog pur. Ce que j'ai acheté au marché: tvorog battu avec de la crème fraîche, du sucre et ajout de fruits qui semblent pris dans la masse onctueuse. Si vous voulez obtenir une telle préparation, ajoutez de la crème fraîche. La textutre du tvorog est granuleuse, peu crémeuse, en tout cas beaucoup moins que le cottage cheese. J'espère avoir répondu à vos questios!