septembre_040

Il y a des noms qui sonnent bien aux oreilles. Qui vous sont sympathiques, qui vous font rire, sans que vous sachiez pourquoi. Quand vous aimez les mots, c'est notamment sur ceux-là que vous vous plaisez à jouer. Quand vous aimez la langue, c'est eux qui la font fourcher.

J'ai une relation particulière à la langue. Je ne la vois pas seulement comme un instrument utile parce qu'il permet la communication. Parce qu'il permet de demander, de s'exprimer, de s'affirmer, de dire "moi je". "Je veux, je revendique". J'aime la langue parce qu'elle permet de jouer, de rester un peu enfant.

Il y a de beaux mots. Et il y a des mots drôles. Il y a des mots qui rappellent d'autres mots, qui eux, rappellent des situations déjà vécues, des saveurs, des odeurs, des présents, des absents. Des origines, des racines, des déracinements.

septembre_032

Le mot "Baba" est de ceux-là. Baba comme la barbe quand on est enfant. Moi ça me rappelle la barbe à papa et je ne sais pas pourquoi. Et je suis baba, souvent, comme quand j'étais enfant. Baba d'admiration, baba de bonheur, baba d'indignation aussi. Je suis baba.

Et je pense baba. Baba comme Babouchka, petite-mère russe. Et baba comme baba au rhum, bien-sûr, comme les yeux de petit-père qui le dévorait ce baba. Il aurait pu en dévorer d'autres, beaucoup d'autres mais le destin, sur une route de France, un beau matin en a décidé autrement.

Il y a de ces choses qu'on n'oublie pas. Qu'on ne pardonne pas. Qui sont comme ça, pas autrement. Alors il faut avancer. Grandir, un peu aussi. Et faire revivre les bons moments en une heure, au travers d'une séance cuisine. Cuisiner un baba. Pour lui, pour eux, pour nous, pour vous. Et un peu aussi pour moi. Parce que le baba, pour moi, c'est beaucoup de choses à la fois.

Je me suis inspirée d'un vieux livre de maman qui lui pour le coup me laisse toujours baba. Il s'agit de "La pâtisserie pour tous" de Ginette MATHIOT, un incontournable de classiques, de ces classiques qui roulent toujours!

J'ai remplacé la crème fraîche de la recette par du Fjord et j'ai rajouté de l'ananas, histoire d'y croire encore un peu plus et de faire revivre ses yeux gourmands ne serait-ce qu'un peu... Et je veux vous dire qu'un peu tiède, à la sortie du four, ça l'a vraiment trop trop bien fait!

septembre_037

Baba au rhum à l'ananas pas aussi baba qu'il en a l'air (ou baba rapide pour l'amie Ginette: même une niounioufe comme moi s'en est sortie comme un chef en un éclair et sans retapisser la cuisine, c'est dire!)

Pour 5 à 6 personnes:

- 250 grammes de farine

- 100 grammes de sucre

- 1 fromage blanc Fjord (à la place de 4 càs d crème fraîche ou encore de 80 grammes de beurre)

- 4 oeufs

- 15 grammes de levure alsacienne

- du rhum

- 300 grammes d'ananas (frais pour moi mais vous pouvez très bien vous servir de celui en boîte)

septembre_038

~Préchauffage du four 180°C.~

¤ Travaillez la farine, 50 grammes de sucre, la levure, le Fjord et les 4 oeufs afin d'obtenir une pâte homogène.

¤ Incorporez ensuite les morceaux d'ananas à la pâte.

¤ Laissez dorer au four et augmentez sa température au bout de 10 minutes histoire que le gâteau durcisse.

¤ Laissez cuire encore 20 minutes.

~A la sortie du four, arrosez de rhum et saupoudrez de sucre. ~

~Se déguste tiède!~

septembre_034