Ce brownie, qui fait office de première recette et qui inaugure avec pertes et fracas ce blog consacré aux grands pêchés de gourmandise a fait le bonheur de mes colocs et des ravages de l'autre côté du Rhin. Si mes amies allemandes adoraient le brownie, mes amies russes et ukrainiennes l'idôlatraient et le vénéraient carrément hihi.

Pourtant, je n'ai pas inventé le fil à couper le beurre avec cette recette. C'est une recette que j'ai obtenue dans le chocolat dessert Nestlé (pour ne pas faire de pub!). Toute simple. Succès assuré! A manger aussi bien au petit déjeuner qu'au goûter. Et puis même dans la journée, en grignotage. Il n'y a pas de mal à se faire du bien ;-)

Je ne vais pas vous faire languir plus longtemps. Je vous lâche ma recette.

THE brownie aux noix, celui qui fait trembler tout l'Oder, le Rhin et puis même la Seine ;-)

Pour un moule carré de 20 cm de côté, vous avez besoin de:

- 1 tablette de 170 grammes de Chocolat au lait pour dessert

- 145 grammes de beurre mou

- 155 grammes de sucre

- 75 grammes de farine

- 70 grammes de crème fraîche liquide

- 2 oeufs entiers (plus un jaune)

- 75 grammes de cerneaux de noix (ou de noisettes si vous n'en avez pas)

Préchauffez le four à 180°C. Beurrez et farinez le moule. Mélangez le beurre et le sucre jusqu'à l'obetntion d'un mélange homogène. Ajoutez un oeuf, mélangez et ajoutez le deuxième. Enfin ajoutez le jaune et la farine.

Faites fondre le chocolat. Ajoutez-y la crème liquide au chocolat fondu. Versez dans la préparation à base de beurre. Mélangez et ajoutez les noix.

Pour la cuisson 30 minutes. Mieux vaut trop peu que pas assez.

Il se conserve dans une boîte en fer une semaine environ (ça c'est l'utopie. Dans la pratique, il part en une demi-journée donc vous n'avez pas à vous poser la question de sa conservation)

La preuve en images...

Le brownie avant la razzia... Intact et imaculé...

Lise_Frankfurt_1_086

Après le passage d'une de mes colocs (et encore, c'est la photo la plus soft que j'ai trouvée!)

Lise_Frankfurt_1_092

Je vais arrêter. Ca me donne le bourdon. Nostalgie, quand tu nous tiens. Sans Maja l'ukraino-turkmène, les brownies n'ont décidément pas la même saveur!